Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site

Le FIFDH dévoile le programme de sa 18e édition

24.02.2020 - 08:58
Du 6 au 15 mars, la 18e édition du FIFDH réunira à Genève celles et ceux qui se sont emparé·es du débat et ont investi les rues pour revendiquer un monde plus juste et plus durable. Partout sur la planète, des jeunes, des femmes, des artistes sont parvenu·es à bousculer les certitudes, à renverser des régimes autoritaires et à bouleverser l’agenda politique.

Le FIFDH 2020 reviendra sur ces mois durant lesquels le monde semble être entré en ébullition. Il accordera une large place aux jeunes et à toutes celles et ceux qui agissent pour repenser notre avenir.

“Le monde est en révolte. Climat, injustices économiques, corruption : un lien est rompu et des millions de personnes sont dans la rue. Face aux fractures, cette édition du FIFDH met en lumière la voix de la jeunesse, les projets qui nourrissent l’imaginaire collectif, le courage, et les succès qui rassemblent autour du cap à tenir : la justice sociale et climatique. Nous refusons le fatalisme.” explique Isabelle Gattiker, directrice générale et des programmes du FIFDH.

Quand le climat devient urgence mondiale

Rarement mobilisation citoyenne n’aura pris une ampleur mondiale aussi rapidement que celle pour le climat. Le FIFDH 2020 en réunira les protagonistes et, autour de débats et projections, abordera l’urgence climatique par des angles multiples : mobilisation des jeunes avec les activistes Océane Dayer et Anuna de Wever, collapsologie avec l’auteur Pablo Servigne, écologie décoloniale avec le chercheur Malcom Ferdinand, géopolitique avec l'universitaire François Gemenne ou rôle du droit et de la justice dans la lutte contre le réchauffement climatique avec l’avocate Irène Wettstein. L’activiste brésilienne Claudelice Da Silva Santos témoignera de la situation en Amazonie et se rendra à Berne pour porter son message auprès des parlementaires suisses.

Le Festival marquera cette mobilisation avec une installation spectaculaire de Dan Acher : We Are Watching, un œil colossal de 30 mètres de large composé de milliers de portraits et messages envoyés du monde entier à l’adresse des dirigeant·es, sera hissé le samedi 7 mars à 11h sur la plaine de Plainpalais.

De révoltes locales à une contestation globale ?

En 2019, des mouvements de révoltes citoyennes ont agité plus de 50 pays. Addition de mouvements locaux ou véritable phénomène global ? Le Forum du FIFDH posera la question. Alaa Salah et Tahani Abass, figures de la révolution soudanaise, témoigneront du rôle-clé joué par les femmes lors du mouvement qui a provoqué la chute d’Omar al-Bashir. Le Festival s’intéressera à la mobilisation à Hong Kong avec le militant Amon Yiu Yeuk-wa et Kenneth Roth, directeur de Human Rights Watch. Il mettra en lumière la contestation sociale et politique en Haïti avec l’écrivain Lyonel Trouillot, reviendra sur la mobilisation contre la corruption du système de santé en Roumanie avec le documentaire Colectiv, et plongera au coeur de la révolution de velours en Arménie avec I Am Not Alone, puissant film tourné par Garin Hovannisian dans les pas de Nikol Pachinian, leader du mouvement.

Les réponses autoritaires des démocraties

Le FIFDH ouvrira le débat sur les violences policières en démocratie avec Assa Traoré, militante et sœur d’Adama Traoré, mort en 2016 étouffé lors d’un placage ventral par trois gendarmes, et montrera le court-métrage de Ladj Ly, 365 Jours à Clichy-Montfermeil, tourné lors des émeutes françaises en 2005.

Dans le contexte actuel, les attaques contre les journalistes et la liberté d’expression se multiplient. Elles seront l’objet d’un débat rassemblant la journaliste turque Hatice Cengiz, fiancée de Jamal Kashoggi, ainsi que la rapporteuse spéciale de l’ONU Agnès Callamard.

La célèbre journaliste mexicaine Carmen Aristegui, brutalement congédiée pour avoir dénoncé un scandale de corruption, fera le déplacement à Genève. Protagoniste du film Silence Radio de Juliana Fanjul, elle diffusera en direct depuis les locaux de la RTS son émission de radio écoutée par des millions de Mexicain·es.

Les artistes s’emparent du débat

Dans un monde où la liberté d’expression est profondément remise en cause, le FIFDH donnera la parole aux artistes qui en font usage sans concession. Le caricaturiste chinois Badiucao racontera son combat pour déconstruire les pouvoirs autoritaires. L’écrivain turc Burhan Sönmez, qui fera paraître chez les édition Gallimard son roman Labyrinthe à l’occasion du FIFDH, rencontrera le public du Festival. Le romancier égyptien Alaa al Aswany s’exprimera dans le cadre de la Société de Lecture et Jonathan Coe, écrivain majeur et chroniqueur de l’Angleterre contemporaine, s’exprimera pour la première fois en Suisse et parlera du rôle de l’humour et de la satire dans son œuvre littéraire.

Le FIFDH rassemblera des artistes de premier plan qui s’emparent de la rue. Le pionnier du street-art Ernest Pignon-Ernest, artiste à l’honneur de cette édition, sera présent et exposé dans le cadre du Festival, au même titre que Joe Sacco, qui mêle bande dessinée et journalisme pour livrer de prodigieuses enquêtes graphiques. Le photoreporter Reza sera membre du Jury. La sculptrice Prune Nourry présentera son film Serendipity, produit par Darren Aronofsky et Angelina Jolie.

Le cinéma au plus proche de la réalité

La sélection du FIFDH montrera des films de haut calibre, puissants révélateurs de l’actualité. Made in Bangladesh de Rubaiyat Hossain raconte la lutte de travailleuses du textile low-cost et sera le film d’ouverture du Festival. La sélection fiction comprend également Yalda, La nuit du pardon, film iranien de Massoud Bakhshi, Grand Prix du Jury au Festival de Sundance, The End Will Be Spectacular, du kurde Ersin Çelik, sur le siège meurtrier du sud de Diyarbakir par l’armée turque, en partie interprété par des survivants, ou Nuestras Madres de César Díaz, film primé à Cannes qui revient sur les heures sombres du Guatemala. Le Festival montrera également The Cave, documentaire de Feras Fayyad tourné dans la Ghouta assiégée et nommé aux Oscars, en présence de sa protagoniste, la Doctoresse Amani Balloor. Le public découvrira également Learning to Skateboard in a Warzone (If You're a Girl) de Carol Dysinger, Oscar 2020 du meilleur Court-métrage documentaire.

Le légendaire monteur Walter Murch (Apocalypse Now) donnera une Masterclass co-présentée par la HEAD autour du film Coup 53 de Taghi Amirani. Diego Luna, acteur mexicain multiprimé et engagé, viendra dénoncer l’impunité qui règne au Mexique et mettre en avant les initiatives citoyennes, un sujet suivi de près depuis plusieurs années par le Festival.

Enfin, cinéastes, ONG et Fondations se retrouveront à l’occasion de la deuxième édition de l’Impact Day, le programme professionnel du FIFDH destiné à imaginer le documentaire engagé de demain et à renforcer le pouvoir du cinéma comme outil de changement social et culturel.

Le FIFDH en chiffres

Du 6 au 15 mars, le 18e FIFDH se déroulera dans 65 lieux du Grand Genève en parallèle avec la session principale du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU.

Avec près de 200 évènements et 280 intervenant·es du monde entier, il est l’évènement international le plus important dédié au cinéma et aux droits humains. Le Festival propose le meilleur du cinéma consacré aux droits humains, des débats, des rencontres mais aussi des expositions, du théâtre, de la bande-dessinée, un opéra et un hackathon. Il est chapeauté par la Fondation FIFDH, présidée par Bruno Giussani, avec un budget de 2,1 millions de francs et le soutien de 180 partenaires internationaux.

Les partenaires médias principaux du FIFDH sont la RTS, Le Temps, TV5MONDE, arte, Courrier International, le magazine Internazionale, France Culture, la Revue XXI et Euronews. Le Festival compte parmi ses partenaires Amnesty International, l’OMCT, l’ISHR et MSF ainsi que l’Université de Genève, le Graduate Institute, la HEAD, la Cinémathèque suisse et les éditions Gallimard. Il est soutenu par la Ville de Genève, le Département fédéral des affaires étrangères, l’Aeroport de Genève, 27 communes du Grand Genève et l’Association des communes genevoises, la Loterie Romande, les fondations Barbour, Meyrinoise du Casino, Lombard Odier, Pictet, Swissperform et Sesam.

Parmi les nouveaux partenaires de cette 18e édition du FIFDH figurent Human Rights Watch, le Grand Théâtre, la Direction générale pour la protection civile et les opérations d'aide humanitaire européennes de la Commission européenne (ECHO), l’Université de Columbia et le Fonds Culturel Sud. Il bénéficie également du soutien de l’Hospice général, du Bureau de l’intégration des étrangers du Canton de Genève, du Service de la solidarité internationale du Canton de Genève, et de généreux mécènes.

SBM Logo