Page d'accueil du site Navigation principale Début du contenu principal Plan du site Rechercher sur le site

Natixis : Les sélectionneurs de fonds anticipent des risques accrus en 2021 mais demeurent optimistes

26.02.2021 - 14:00
Natixis Investment Managers publie aujourd’hui les résultats de son étude annuelle menée auprès de sélectionneurs de fonds du monde entier, qui révèle que les acheteurs professionnels ont choisi de positionner leurs portefeuilles en vue de saisir le potentiel de croissance en 2021, dans un contexte de volatilité persistante des marchés et de taux d’intérêts négatifs.

L’enquête a été menée entre novembre et décembre 2020, auprès de 400 sélectionneurs de fonds exerçant auprès de gérants indépendants, de conseillers en investissement agréés, de plateformes d’investissement pour des compagnies d’assurance, de banques privées et de family office, représentant quelque 12,7 trillions de dollars d’actifs.

  • Les principaux facteurs de risque sont la volatilité, les taux d’intérêts faibles à négatifs et le resserrement du crédit

  • Quatre sélectionneurs sur cinq estiment que les investisseurs retail sont moins prudents dans leur prise de risque qu’avant la pandémie

  • Ils identifient un biais en faveur des investissements de valeur, avec plus des trois cinquièmes d’entre eux prévoyant un rendement supérieur à la croissance pour les actions dépréciées

  • Plus de la moitié d’entre eux considère que les marchés émergents ont gagné en attractivité depuis la crise du Covid


Un monde à risques continue à se débattre contre le Covid

Malgré la vague d’optimisme soulevée par l’approbation des vaccins Pfizer et Moderna à la fin de 2020, six sélectionneurs de fonds sur dix considèrent que la «nouvelle normalité» amenée par le Covid est destinée à durer et deux tiers d’entre eux prévoient que l’économie ne se remettra pas des effets du virus en 2021.

Les inquiétudes soulevées par la pandémie et le contexte politique ne se sont pas nécessairement traduites en une vision négative des marchés et la majorité (80%) des sélectionneurs interrogés sont convaincus que les banques centrales continueront de soutenir le marché en cas de nouveau ralentissement.

Toujours selon les répondants, la volatilité et les taux négatifs seront les deux principaux risques de portefeuille pour les acquéreurs de fond en 2021, respectivement à 49% et 39%. D’autres risques potentiels viendraient de l’inflation (37%), d’un resserrement du crédit (34%) et de problèmes de liquidité (25%).

L’augmentation probable d’incitations fiscales et monétaires de la part des décideurs politiques permettent d’anticiper une plus grande marge de manœuvre pour les actions, notamment dans la recherche d’opportunités globales. Les projections de fin du quatrième trimestre 2020 favorisaient une stratégie de prise de risque en 2021, avec 61% des répondants appelant à une surperformance des petites capitalisations par rapport aux grandes, 60% prédisant une surperformance des marchés émergents par rapport aux développés et 66% prévoyant une surperformance des portefeuilles agressifs par rapport aux passifs. Les sélectionneurs de fonds se focaliseront sur la recherche de potentiels points positifs sur des marchés plus difficiles et 70% d’entre eux s’attendent à ce que les investissements actifs surpassent les passifs durant l’année. 

«L’année 2020 a été celle des grands défis pour les marchés, même en dehors de la crise sanitaire, avec une série d’évènements climatiques et de désastres naturels, des tensions politiques et la correction de marché la plus rapide de l’histoire. L’incertitude persiste et l’inquiétude monte à l’idée que les marchés financiers entrent dans une nouvelle bulle spéculative. Les sélectionneurs de fonds considèrent cependant le risque de marché comme une opportunité, tout en admettant qu’une analyse approfondie est nécessaire afin identifier les opportunités qui peuvent générer de l’alpha pour les clients», précise Matt Shafer, vice-président exécutif et directeur de la distribution de gros et de détail chez Natixis Investment Managers.

La lueur d’espoir qui dévoile une opportunité

Selon les résultats de l’enquête, l’optimisme se répercute sur les perspectives sectorielles et les acheteurs professionnels se révèlent particulièrement optimistes en ce qui concerne la santé (avec 56% des sondés anticipant une surperformance du secteur), les biens de consommation (46%), les technologies de l’information (45%), l’énergie (44%) et les services financiers (44%).

L’investissement ESG demeure un domaine d’intérêt pour les investisseurs mondiaux. Les stratégies ESG se sont avérées gagnantes dans la tourmente de 2020 et 57% des sélectionneurs interrogés voient cette surperformance se poursuivre en 2021. Pour tirer parti de l’intégralité des opportunités offertes par le marché, plus de la moitié des investisseurs ont l’intention d’enrichir leurs portefeuilles types et leur offre de stratégies spécialisées pour les investissements ESG et thématiques.

Adapter l’allocation d’actifs

Alors que les taux d’intérêts restent faibles, voire négatifs, et que la croissance est ralentie, l’étude révèle que l’investissement «value» fait son grand retour en 2021. A l’approche de 2020, les investisseurs se sont concentrés sur les secteurs aux moteurs de croissance forts et durables; à l’inverse, 63% d’entre eux anticipent maintenant une surperformance des actions dépréciées en 2021.

Plus d’un tiers (36%) des sélectionneurs de fonds interrogés ont indiqué vouloir réduire leur participation en actions américaines pour profiter des opportunités offertes par les performances de marchés dans d’autres régions du monde, et 55% d’entre eux prévoient d’acquérir des actions de l’APAC.

Sur fond d’une volatilité persistante, les sélectionneurs cherchent à réorienter leurs portefeuilles pour tirer profit des opportunités offertes par les marchés émergents au-delà de l’Asie, avec 65% des participants déclarant que les marchés émergents sont plus attractifs aujourd’hui qu’avant la pandémie de Covid-19. De plus, 52% d’entre eux ont confirmé qu’ils renforceraient leur position sur les marchés émergents.

Inquiétudes quant à l’appétit des investisseurs pour le risque

Comme les sélectionneurs de fonds voient la possibilité d’un accroissement de la volatilité et prévoient que les actions dépréciées vont devancer la croissance, 83% pensent que les marchés favoriseront les investissements actifs en 2021. L’engagement en faveur de stratégies actives s’est probablement renforcé l’année dernière, avec deux tiers des répondants déclarant que les investissements actifs enregistrés auprès de leurs entreprises ont surperformé durant la période de ralentissement du marché.

Les acheteurs professionnels craignent de plus en plus que les investisseurs individuels ne soient pas en mesure de gérer avec succès les risques auxquels ils seront confrontés en 2021. Les bonnes performances du marché tout au long de la pandémie auront sans doute incité les investisseurs particuliers à être moins prudents dans la prise de risque qu’avant le Covid, et 78% des sondés craignent qu’un accroissement de la volatilité ne s’accompagne de la liquidation prématurée de certains investissements.

De fait, les sélectionneurs modifient leur offre d’investissement afin d’obtenir une plus grande cohérence entre les portefeuilles et de mieux répondre aux besoins de leurs clients. Près de 80% indiquent par ailleurs que l’accent est mis sur la qualité plutôt que la quantité, dans ce contexte. Compte tenu de l’intérêt accru pour des actions plus risquées et volatiles, ainsi que des inquiétudes liées à de potentielles liquidations, plus de la moitié (54%) des 295 investisseurs professionnels qui offrent des portefeuilles type anticipent une augmentation du nombre de clients bénéficiant de ce service en 2021.

«Les sélectionneurs de fonds ont modifié à la fois leur stratégie et leur offre de produits pour mieux s'adapter à un marché impacté par la pandémie et pour mieux répondre aux nouveaux besoins de leurs clients. Les résultats de cette étude renforcent notre conviction selon laquelle la gestion active et les stratégies ESG sont des réponses pertinentes pour les sélectionneurs de fonds qui tentent de tirer parti de cet environnement de marché, créer de la performance sur le long terme et de manière responsable, tout en optimisant la gestion du risque», commente Babak Abrar, EMD, co-responsable de la distribution pour l'Europe francophone chez Natixis Investment Managers.

SBM Logo